Jeanne Lanvin – Portrait rêvé – par Pauline Delsalle

jeanne-lanvin,M205201
Plus que jamais au centre de l’actualité, la maison Lanvin a récemment fêté ses 125 ans de création avec une exposition rétrospective au musée Galliera, et vient de nommer, après 5 mois de vacance à la suite du départ d’Alber Elbaz, une nouvelle directrice artistique, la française Bouchra Jarrar. A cette occasion, entretien rêvé avec la fondatrice de la plus vieille maison de couture française encore en activité, Jeanne Lanvin (1867-1946).

The Thing, s’il ne devait y en avoir qu’une ?
La robe du soir « La Diva » que j’ai créée en 1934, en velours bleu sombre et aux manches incrustées de paillettes dorées. Elle concentre à elle seule 35 ans de création et de cheminement vers la modernité.

The Place, s’il ne devait y en avoir qu’une ?
Le 16, rue Boissy d’Anglas à Paris, où j’ai ouvert ma première boutique en 1889 en partant de presque rien, et qui demeure le siège de la maison et du studio de création.

On Air, ce qui est dans l’air du temps pour vous aujourd’hui ?
L’influence des grandes couturières avec lesquelles je rivalise : Chanel, Vionnet, Schiaparelli. Elles savent mieux que quiconque percevoir les envies des femmes, et prouvent que la création peut être un métier féminin à succès.

Body & Health, votre secret santé ou beauté pour les femmes ?
La culture et le travail, pour ne pas laisser vagabonder leur imagination. Une robe-bijou brodée fera le reste.

Qu’est-ce qui rend les femmes belles ?
Sans doute la maternité. L’arrivée de ma fille Marguerite a été un tournant dans ma vie. Elle est une source continuelle d’inspiration pour mes créations. Notre complicité se reflète sur l’enseigne de la maison, une mère et sa fille se tenant les mains.

Qu’y a-t-il sur votre table de nuit ?
Des livres sur la mode française du 18e et du 19e siècle.Un flacon d’Arpège, mon parfum crée en 1927, en hommage à ma fille et à sa passion pour le piano ; ses notes de santal m’aident à plonger dans le sommeil.

De quoi êtes-vous gourmande ?
De bleu, dans toutes ses nuances : myosotis, saphir, vitrail, Delft, firmament…J’ai même crée un bleu sur mesure, le « bleu Lanvin », à partir d’un vitrail de Fra Angelico que j’avais admiré à Florence.

Quelle est votre passion honteuse ?
Les poupées. Je n’ai jamais eu le luxe d’en posséder petite fille, j’ai donc imaginé une garde-robe miniature idéale, et j’ai commencé à assouvir ma passion en vendant des chapeaux de poupées à des magasins de jouets. Aujourd’hui encore, j’ai cette obsession des vêtements miniatures, d’où ma collection pour enfants !

Quel est le son du moment ?
N’importe quel morceau avec un piano qui donne envie de danser.

Faites un vœu…
Que les femmes continuent d’aller au bout de leurs rêves.

jeanne-lanvin-drapant-un-tissu-sur-un-mannequin-par-laure-albin-guillot_5276701 Le-parfum-Arpege-cree-en-1927-par-Jeanne-Lanvin-pour-les-30-ans-de-sa-fille-Marguerite_inside_full_content_pm_v8

jeanne-lanvin,M205198

jeanne-lanvin-original-childrenswear-sketch-from-early-1900s-4 933958582

Livres « Jeanne Lanvin – Palais Galliera, Paris » éditions Paris Musées, 336p, 45€
« Jeanne Lanvin » de Jérôme Picon, Flammarion, 22,40€

Par Pauline Delsalle

No Comments Yet

Leave a Reply

Your email address will not be published.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

SUBSCRIBE

Subscribe now to get notified !

 

FOLLOW US ON