Une Blonde décidément inoxydable – Portrait Rêvé – Marilyn Monroe – Pauline Delsalle

2_photo_by_sam_shaw_c_sam_shaw_inc-_courtesy_shaw_family_archives_ltd

On croyait avoir tout vu de l’icône la plus glamour du cinéma hollywoodien. Et pourtant, celle qu’on ne nomme plus que par son prénom conserve toujours une part de mystère, dévoilée prochainement dans une exposition de clichés issus de collections privées, qui précisent un peu plus le rapport ambivalent que Marilyn entretenait avec l’objectif. L’occasion d’un entretien rêvé avec une Blonde décidément inoxydable.

LC0073_35

The Thing, s’il ne devait y en avoir qu’une ?

Mon blond clair. Depuis le moment où il est apparu en 1946. Même si je n’étais pas encore connue, j’ai cessé d’être Norma Jean pour devenir celle que je voulais être.

 

The Place, s’il ne devait y en avoir qu’une ?

Peut-être Los Angeles, où je suis née et où j’ai construit ma carrière…Mais en fait ce serait New York, où j’ai pu me révéler en apprenant beaucoup, notamment au théâtre avec Lee Strasberg, et en y rencontrant ceux qui ont le plus compté pour moi.

 

On Air, ce qui est dans l’air du temps pour vous aujourd’hui ?

Le retard. Quand tout le monde veut tout tout de suite, il crée un manque, une impatience, un désir, un silence qui me plaisent beaucoup.

 

Body & Health, votre secret santé ou beauté pour les femmes ?

Le fard et les larmes. Heureusement pour les hommes, elles ne peuvent pas utiliser les deux en même temps.

marilyn-by-cecil-beaton-1956

Qu’est-ce qui rend les femmes belles ?

Leurs imperfections et leur sincérité, mais c’est la même chose en réalité.

 

Qu’y a-t-il sur votre table de nuit ?

On y a trop souvent mis uniquement des somnifères et du mascara. J’y rajouterais une photo d’Arthur Miller, l’homme parmi les autres,  un recueil de poèmes de Walt Whitman, et mon Golden Globe reçu en 1960 pour Certains l’aiment chaud.

 

De quoi êtes-vous gourmande ?

De baisers, la seule douceur qui ne fait pas grossir.

 

Quelle est votre passion honteuse ?

Si vous pensez que je suis un sex symbol, j’en ai deux : la lecture et l’écriture. Si vous pensez que je ne suis pas un sex symbol, je n’en ai qu’une…

 

Quel est le son du moment ?

N’importe quel morceau de Frank Sinatra.

 

Faites un vœu…

Pouvoir aimer ni trop, ni pas assez.

bandeau4

  • Exposition « Marilyn – I wanna Be Loved by You » du 26 octobre 2016 au 1er mai 2017 à l’Hôtel de Caumont, Aix-en-Provence
  • Livre : Fragments, poèmes écrits intimes et lettres de Marilyn Monroe, Seuil, 272p, 30,20€
No Comments Yet

Leave a Reply

Your email address will not be published.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

SUBSCRIBE

Subscribe now to get notified !

 

FOLLOW US ON